Les étiquettes sont déjà difficiles à supporter pour un zèbre, et on lui demanderait de se rajouter un chiffre… un numéro… “Yep, moi je suis un Zèbre HP, j’ai 132 de QI!” “Moi j’ai que 123… Pas HP, le seuil étant à 130. Par contre Zèbre, oui, oui, oui…”

 

Dans son livre « Trop intelligent pour être heureux, l’adulte surdoué » (Éd. Odile Jacob, 2008), la Dresse Jeanne Siaud-Facchin introduit pour la première fois le terme de Zèbre, pour parler des enfants à Haut Potentiel. Ceci afin d’éloigner des représentations lourdes et souvent fausses qui ne parlent que d‘intelligence et dévoiler les troubles associés.

 

Un personne, adulte comme enfant, ne peut pas être définie par un chiffre. Certes, il peut être une indication à plus d’un titre, mais il serait faux de penser qu’il soit le seul valable pour définir un zèbre.

 

Ce terme a été choisi minutieusement pour plusieurs raisons. Citation:

 

« Le zèbre, cet animal différent, cet équidé qui est le seul que l’homme ne peut pas apprivoiser, qui se distingue nettement des autres dans la savane tout en utilisant ses rayures pour se dissimuler, qui a un besoin des autres pour vivre et prend un soin très important de ses petits, qui est tellement différent tout en étant pareil. Et puis, comme nos empreintes digitales, les rayures des zèbres sont uniques et leur permettent de se reconnaître entre eux. Chaque zèbre est différent. Je continuerai alors à dire et répéter que ces « drôles de zèbres » ont besoin de toute notre attention pour vivre en harmonie dans ce monde exigeant. Je continuerai à défendre tous ces gens « rayés » comme si ces zébrures évoquaient aussi les coups de griffe que la vie peut leur donner. Je continuerai à leur expliquer que leurs rayures sont aussi de formidables particularités qui peuvent les sauver d’un grand nombre de pièges et de dangers. Qu’elles sont magnifiques et qu’ils peuvent en être fiers. Sereinement. »

 

Zèquilibre n’est pas seulement une association pour QI au dessus de 130.  C’est surtout une association de Zèbres, de personnes qui se reconnaissent dans la définition de Jeanne Siaud-Facchin et qui cherchent à se connaître mieux pour remettre un certain

 

 

équilibre dans leur vie…